Ouvrage. Peindre pour le cinéma

CouverturePeindre pour le cinéma, une histoire du Matte Painting

par Réjane HAMUS-VALLÉE, Maîtresse de conférences HDR en sociologie de l’image.

Presses Universitaires Septentrion, octobre 2016, 300 pages.

 

Présent depuis les débuts du cinématographe et traversant toute l’histoire du cinéma, le Matte Painting permet de combiner en un même plan large un décor réel et son prolongement sous forme d’une peinture, qu’elle soit réalisée avec des pinceaux sur du verre ou créée numériquement. Son agencement avec d’autres plans est si parfait que le spectateur en est rarement conscient. L’illusion est ainsi complète pour le serment du Jeu de paume de Napoléon d’Abel Gance (1927), la façade de l’Inquirer de Citizen Kane d’Orson Welles (1940), la visite d’un musée est-berlinois du Rideau déchiré d’Alfred Hitchcock (1965), la forêt du Retour du Jedi (Richard Marquand, 1983) ou celle d’Avatar (James Cameron, 2008)… Cet ouvrage propose une histoire de cette technique, de ses ancêtres directs à ses différentes technologies cinématographiques. Il analyse la façon dont les matte painters ont cherché et cherchent toujours à introduire ce décor truqué en harmonie avec l’esthétique de la mise en scène. Ainsi par l’étude du Matte Painting, c’est le rôle des effets spéciaux au cinéma qui est questionné, au moment où le numérique renouvelle les enjeux même de l’illusion cinématographique.


Envoyer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.