L’UEVE demi-finaliste à la Cour européenne des droits de l’homme

Constituée de trois étudiantes en Master 2 « Droits de l’homme et droit humanitaire », une équipe de l’Université d’Evry a été sélectionnée pour plaider en phase finale du concours René CASSIN, qui s’est déroulée du 30 mars au 1er avril à la Cour européenne des droits de l’homme de Strasbourg.

 

 

Après avoir brillamment passé la première étape qui consistait à rédiger un mémoire pour apporter des propositions à la résolution d’un conflit armé fictif donné, l’équipe de Sarah BOURDIN (conseillère), Célia NOURREDINE et Maroi KOUKA (chargées des plaidoiries) a plaidé dans la catégorie « défendeurs » en demi-finale face à 4 juges du Conseil de l’Europe. Dans cet exercice, elles ont bénéficié du soutien de la professeure Frédérique COULÉE, directrice de leur Master, ainsi que de l’appui de leur professeur référent en contentieux des droits de l’homme, Rodolphe FÉRAL.

 

Malgré toutes ses qualités, l’équipe ne sera cependant pas parvenue à faire fléchir ses deux adversaires : l’université de Strasbourg, qui jouait à domicile, et la Sorbonne. En vivant cette expérience hors du commun, l’équipe évryenne a ouvert la voie aux prochaines équipes qui souhaiteront se glisser dans leurs pas. Voire même les dépasser.

 

Nous adressons toutes nos félicitations à l’ensemble de l’équipe ainsi qu’à celle de l’université de la Réunion, grande gagnante 2016 du concours.

 

Portrait Sarah BOURDIN

Sarah BOURDIN, conseillère juridique au sein de l’équipe, nous raconte son expérience :

 

Comment s’est déroulée la plaidoirie ?

 

Les méthodes employées par les juges ont été déstabilisantes, car leur temps d’intervention était décompté de nos plaidoiries, limitées à 40 minutes, soit 20 minutes pour chaque plaideur. Il fallait reprendre le fil du raisonnement après chaque interruption et résumer la suite de la plaidoirie du fait du temps perdu. Certaines équipes sont coachées par des avocats pour préparer leurs plaidoiries et suivent des séminaires de 25 heures pour rédiger leur mémoire. Sur ce dernier point, nous sommes d’autant plus ravies et fières d’avoir atteint les demi-finales parce qu’en face, nous avions de vraies machines de guerre !

 

 

Un souvenir à marquer au fer rouge ?

 

Bien sûr, même si sur le coup, c’était un peu traumatisant (rires) ! Nous avons pu échanger avec tous les juges, rencontrer de nombreux professionnels et surtout, vivre une finale à la Cour européenne des droits de l’homme, ce qui est absolument fantastique pour des juristes spécialistes des droits de l’homme.

 

Envisagez-vous de passer le flambeau ?

 

Cette année, nous avons fait office d’éclaireurs puisqu’aucune équipe de l’Université d’Evry n’avait participé à ce concours depuis plusieurs années. Nous avons franchi une première étape en nous imposant dans le classement, donc nous comptons bien faire profiter nos successeurs de notre expérience et leur délivrer quelques astuces.

 

En septembre prochain, une grande réunion aura lieu entre les sortants et les entrants de notre Master. Nous allons donc les encourager à participer à ce concours René CASSIN et les coacherons dans cette épreuve, parce que c’est vraiment une expérience formidable et extrêmement enrichissante, tant intellectuellement qu’humainement.


Envoyer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.