28-30 septembre. Colloque « Le point de vue dans la vie quotidienne »

Affiche

L’Université d’Evry organise du 28 au 30 septembre un colloque international de sociologie visuelle et filmique sur le thème : « Le point de vue dans la vie quotidienne ». Ce colloque rassemblera une centaine de chercheurs et d’étudiants européens et américains : sociologues, anthropologues, historiens, architectes pratiquant la photographie ou la vidéo pour rendre compte des phénomènes sociaux.

 

L’objectif de ce champ de recherche n’est pas seulement de recueillir des données sur le terrain par l’image, ni de diffuser des connaissances à un public élargi, mais de produire des connaissances scientifiques nouvelles à partir des images et des sons. Ce qui pose de nombreuses questions théoriques par rapport aux traditions disciplinaires, aux sujets enquêtés et à la nature des relations qu’entretiennent les images et le réel.

 

La vie quotidienne est un objet rassembleur de la diversité des disciplines et des champs dans chacune d’entre elles : la ville, le travail, le quartier, l’école, la famille, le café, les relations intercommunautaires, les migrations sont autant d’objets qui se prêtent à la mise en image et en son. Interroger le point de vue a une double signification : comment le chercheur se situe-t-il par rapport à son objet, mais aussi où pose-t-il sa caméra ou son appareil photo, pourquoi choisit-il cet angle de vue et cette focale ? Avec quel mouvement de caméra ?

 

Ce colloque international, organisé par l’Université d’Evry qui a ouvert un Master Image et Société dès 1997, permettra aux chercheurs de structurer leur action pour faire mieux connaître les apports et la production de la photographie et des documentaires sociologiques.


Joyce SEBAGINTERVIEW. Rencontre avec Joyce SEBAG, Professeure de sociologie émérite au Centre Pierre Naville, organisatrice de l’événement.

 

 


Quelles sont les particularités de la sociologie filmique ?

 

Pratiquer la sociologie filmique c’est penser avec l’écriture cinématographique. C’est-à-dire connaître l’histoire du cinéma, de la photographie et de l’art mais aussi les « techniques » de prises de vue, de son et de montage pour permettre de penser avec l’image/son, de transmettre son propos.

Là où cette discipline se différencie de la sociologie textuelle, c’est que la sociologie filmique engage tout le corps, les yeux, les oreilles et tous les sens. Quelque chose se passe dans la relation entre le réalisateur-sociologue et le sujet qui ne peut être retranscrit dans le texte et qui disparaît de l’étude. Cette démarche permet donc d’aller ailleurs et peut-être plus loin, même s’il serait illusoire de penser que l’on peut parvenir à saisir toutes les subtilités des relations sociales.

Pourquoi organiser ce colloque ?

Notre volonté est que la sociologie devienne partie intégrante de la connaissance citoyenne commune. Un pays démocratique se doit de proposer un accès direct aux avancées de la recherche. Ainsi, plutôt que de se contenter des informations partielles fournies par la TV ou Internet, les citoyens peuvent venir à notre rencontre pour approfondir la question.

Ce colloque est donc ouvert à tous ?

Nous avons reçu une soixantaine de communications et attendons près de 70 communicants européens et américains auxquels se joindront les étudiants du Master Image et société et les doctorants de l’Université. Les enseignants et personnels de l’Université ainsi que tout le grand public évryen intéressé seront les bienvenus !

 

Vous souhaitez participer au colloque ? Inscrivez-vous auprès de Julien CHOQUET :

julien.choquet@univ-evry.fr


Envoyer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.